Vous êtes ici : Accueil >

Hôtel de la couronne

Hôtel de la couronneHôtel de la couronneHôtel de la couronneHôtel de la couronneHôtel de la couronneHôtel de la couronneHôtel de la couronneHôtel de la couronneHôtel de la couronne
Description :


-     Au niveau urbanistique, il s’agit de redonner à un immeuble sa fonction première d’Hôtel, pour lequel il était conçu et d’ailleurs bien connu au niveau de la ville de Liège.  Aussi bien le gabarit que les façades existantes sont très peu modifiées,

·     Au niveau technique, la situation est complexe, puisque l’histoire de l’Hôtel a induit un morcellement de la propriété peu habituel.

Les sous –sols, et le rez du bâtiment originel sont en effet partagés par l'hôtel et deux tavernes distinctes.

Au niveau du rez, l’hôtel ne possède qu’une tranche minimale de la surface totale (largeur maximale de 6 mètres sur unae profondeur approchant les 40 mètres) et les deux Tavernes se répartissent le reste de la surface.

Aux étages, la totalité de la surface est propriété de l’Hôtel de la Couronne, qui surplombe donc des propriétés voisines.

Ajoutons à cette imbrication structurelle, le fait que la partie à rue de l’immeuble a une structure à planchers de bois.

Principes de l’aménagement :

Les principes de la réhabilitation consistent à transformer un immeuble existant en vue de revenir à sa fonction première, mais selon les standards actuels :

·     Volonté claire et affirmée de respecter le plus possible la structure existante de l’Hôtel existant, tant au niveau des circulations horizontales que de la structure existante. Les murs porteurs sont respectés le plus possible, les dalles et poutres existantes le moins surchargées possible.

·     Volonté de ne pas changer l’aspect de la partie symbolique de la façade à rue, soit les étages de la façade avant.

·     Volonté de donner à l’Hôtel un côté « centré sur lui –même », les parties « bar et coin à déjeuner » au rez étant très enclavées et ne disposant que de peu d’accès à la lumière naturelle d’une part, et les chambres ne disposant d’aucune vue agréable pouvant servir de point focal d’autre part.

·     Bien évidemment, volonté de mettre l’immeuble en concordance avec toutes les règles de sécurité, notamment en ce qui concerne les règles de sécurité incendie.

Par ailleurs, l’Hôtel à construire se veut adapté au futur, selon les principes d’un développement durable, ou tout au moins dans la volonté de réduire les nuisances et les surcoûts environnementaux au minimum.

·     Toiture végétalisée permettant d’une part de réduire les pointes de chaleur pour les chambres situées sous la toiture, et d’autre part de limiter les débits d’eau pluviale envoyés aux égouts en cas d’orage, par un effet retardateur pouvant atteindre plusieurs jours .

·     Alimentation des toilettes et des baignoires + douches par de l’eau puisée dans le gravier de Meuse (3 puits existants, l’Ancien Hôtel était fourni de cette manière), afin d’éviter d’utiliser de l’eau potable (en grandes quantités) pour cet usage;

·     Utilisation en été de cette eau souterraine comme source de frigories « douces » afin de produire de l’air frais dans les chambres.

·     Isolation de l’immeuble existant afin de le remettre dans les standards de chauffage existants ;

·     Volonté de limiter le plus possible l’emploi de conditionnements d’air.

Travaux réalisés :

Ils découlent des principes de base, dans l’esprit de ne pas bouleverser les schémas structurels existants :

·     Démolition des cloisons légères et de l’ensemble des éléments structurels en bois de l’immeuble, à l’exception :

o          Les toitures existantes ont été rénovées;

o          Les planchers du 1er étage au-dessus des Tavernes enclavées au rez, lesquels ne peuvent pas être démolis car ils constituent les plafonds de ces mêmes Tavernes.

·     Remplacement de ces éléments par des éléments structurels lourds Rf 1h (plancher collaborant et hourdis à poûtrains et entrevous à remplissage terre cuite) ;

·     Démontage de l’ensemble des faux –plafonds existants et remplacement de ceux –ci par des faux –plafonds suspendus en plaques de plâtre ; au dernier étage, ces faux –plafonds seront doublés et isolés afin d’obtenir la résistance feu nécessaire demandée par le SRI (structure bois conservée) ;

·     Démontage de l’escalier existant et création d’une salle de réunions au 1er ; de chambres + sdb aux étages 2 à 4, avec vues directes sur la zone »cours et jardins »  située au-delà des 18 mètres de recul par rapport à la place des Guillemins.

·     Création de 2 nouveaux escaliers de secours situés dans les zones non éclairables de l’immeuble et donnant respectivement à l’arrière dans la cour privative de l’impasse Jonckeu d’une part, dans le sas de la porte d’entrée principale d’autre part.

·     Fermeture en toiture du puits à lumière central, qui devient le centre visuel de l’immeuble;

·     Mise en œuvre d’un réseau de sprinklage dans les coursives afin d’éviter la propagation d’un incendie par le puits à lumière central ;

·     Création d’un second ascenseur permettant l’accès aux handicapés et desservant les étages -1 à +4 ;

·     Au 1er étage, création d’un faux plancher technique surélevé permettant de dévier toutes les décharges de l’immeuble vers la partie appartenant à l’Hôtel au rez, afin de supprimer définitivement les problèmes de passage de canalisations dans des zones appartenant aux Tavernes, donc impossibles à entretenir et à contrôler.

-        Project manager : la S.A IMMO PRO

-        Ingénieur en techniques spéciales : la S.A CORETEC ENGINEERING

-        Ingénieur en stabilité est : la S.A BUREAU D'ETUDES DELTA G.C.

-        Ingénieur accoustique est : la S.P.R.L ATS

-        Coordinateur santé-sécurité est : S.P.R.L LUC LORENT.

Localité : Liège