Maison passive, immeuble basse énergie, architecte à Liège, Namur, Huy

Nos dernières réalisations

Construire pour le futur

En ce début de 21ème siècle, nos sociétés font face à de multiples défis tant sociaux ou économiques qu'environnementaux: réchauffement climatique, épuisement des ressources énergétiques fossiles, paupérisation des populations locales, dépeuplement des villes. sont autant de problèmes à gérer.

Dans le cadre de la gestion immobilière, les décisions sont évidemment d'autant plus cruciales que la durée de vie des biens immeubles est grande : il convient donc, de construire des immeubles qui, non seulement sont adaptés aux conditions présentes, mais conviendront aussi aux conditions futures d'utilisation, ou tout au moins aux conditions prévisibles et plausibles dans un avenir relativement proche.

Il s'agit donc de construire aujourd'hui pour le futur. Votre architecte doit vous aider dans ces choix.

Les immeubles thermiquement efficaces :

Il est de notoriété publique que les réserves mondiales en combustibles fossiles sont limitées, et, par le simple jeu de l'offre et de la demande, le prix des divers carburants fossiles va augmenter de manière sensible et continue.

Les diverses directives, Européennes ou Nationales, imposent et imposeront d'ailleurs des conditions de « besoins en énergies » de plus en plus drastiques.

Tout immeuble construit actuellement doit tenir compte de cette évolution, et doit être conçu afin de limiter toute dépendance aux énergies ; aussi bien en chauffage hivernal qu'en refroidissement estival. Cette adaptation doit être valable pour les années à venir. Nous appelons ce type de bâtiment un immeuble « thermiquement efficace ».

Les principes auxquels les immeubles thermiquement efficaces doivent correspondre sont les suivants :

  • Très bonne isolation de l'enveloppe extérieure (K moyen inférieur à 0.30) ;
  • Volumes compacts peu découpés afin de limiter les surfaces de déperditions extérieures ;

Séparation de l'immeuble en 2 zones :

  • Zone« froide » située contre les façades défavorablement exposées (Nord est à Nord-ouest), dans laquelle sont disposés tous les locaux peu chauffés ou peu occupés moins consommateurs en énergie ;
  • Zone chaude située contre les façades favorablement exposées (Sud est à Sud-ouest) dans laquelle sont disposées toutes les zones de vie et autres locaux consommateurs d'énergie
  • Localisation des surfaces vitrées de grande taille dans la zone chaude, les baies situées en zone froide étant maintenues à leur surface minimale ;
  • Orientation et situation générale de l'immeuble favorisant la bonne exposition de la zone « chaude » ;
  • Toitures plates limitant le volume chauffé et réduisant au maximum les ombres portées d'un immeuble sur l'autre ;
  • Dispositifs de contrôle de la ventilation et du chauffage par domotique, y compris fermeture automatique des baies par pare -soleil extérieur afin de limiter les surchauffes d'été ;
  • Type de chauffage privilégiant la basse température afin de limiter les pertes par transport ;
  • Production de chaleur par chaudière à haut rendement ; idéalement par emploi de bio -combustible (copeaux de bois ou pellettes) ;
  • Chauffage sanitaire par panneaux solaires ;
  • Bonne inertie thermique de l'immeuble limitant les risques de surchauffe en été.
  • Récupération des eaux pluviales pour alimentation des chasses d'eau et des machines à lessiver.

Un logement thermiquement efficace bien conçu doit consommer 3 à 4 fois moins d'énergie qu'un immeuble isolé selon les normes courantes ; l'énergie produite ou consommée par les besoins connexes de l'habitation (énergie métabolique, cuisson, éclairage.) ainsi que l'énergie solaire captée doivent suffire à combler les besoins énergétiques de l'immeuble pendant la plus grande partie de l'année.

Habitations groupées et efficacité thermique:

Les habitations groupées partagent murs extérieurs et toitures communes et leur compacité est naturellement supérieure à celui d'une habitation isolée. Le concept d'habitations groupées renforce celui d'immeubles thermiquement efficaces.

Par ailleurs, les locaux et accès communs, faiblement chauffés, peuvent servir d'espaces tampons s'ils sont placés dans la zone froide des logements.

Un habitat groupé conçu de manière thermiquement efficace est donc doublement logique et efficace, pour peu que la conception tienne compte de la nécessité, pour CHAQUE logement, d'avoir une zone « chaude » bien orientée.

Contact